MAYRANOUCHE un album pour les enfants de 7 à 177 ans !

Article de Grégoire Armizayan dans les Nouvelles d’Arménie Magazine.

«Mayranouche» : comment parler du génocide sans en parler ? la suite sur le site : http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=23650

Anouchavan Haroutiounian était tailleur dans la ville de Van. Il possédait une boutique plutôt bien placée dans le quartier arménien…

La véritable histoire de Maïranouche, poupée de son et de tissu, racontée par le chat Azad et écrite par Jean Villemin

Parution en avril ! Album en 3 couleurs : noir, blanc et rouge

Les pérégrinations de Maïranouche Մայրանուշ dans l’Empire ottoman

L’histoire débute en avril 1915 à Van au bord du lac du même nom. Pérégrinations et avatars, car la poupée va subir bien des vicissitudes et outrages…

Maïranouche signifie « mère douce » en arménien. C’est un prénom qui peut se scinder en deux : mère et douce… Mais nous voici déjà dans l’histoire.

L’album va paraître en arménien aux ÉDITIONS KYURKCHYAN à Erevan. La rafle des notables de Constantinople du 24 avril 1915 marque le début du génocide des Arméniens.

LE COFFRET NOIRCI – La petite cloche

Série limitée à 50 exemplaires numérotés à la main – 24 pages – Texte + 10 illustrations N&B – 13 € port gratuit pour l’UE

Elle était brune sur une moitié
et vert de gris sur l’autre,
les patines se mêlaient
sans qu’il soit possible
d’en déterminer précisément les contours.
L’attache solide était percée
d’un simple trou.
Ce n’était pas une sonnaille
constituée d’une plaque façonnée.
C’était une clochette en bronze
réalisée à la cire perdue

qui lui faisait une peau douce.
Elle était tronconique
et de section ovale,
Une clarine de veau ou de chèvre.
La petite cloche n’avait plus
de battant.
Il restait une amorce de crochet.

La clochette était rangée
au milieu de papiers cornés, pliés et jaunis.
Papiers militaires, photograph
ies,
cartes postales,
boutons de vareuse,
de chemise…