La véritable histoire de Maïranouche, poupée de son et de tissu, racontée par le chat Azad et écrite par Jean Villemin

Parution en avril ! Album en 3 couleurs : noir, blanc et rouge

Les pérégrinations de Maïranouche Մայրանուշ dans l’Empire ottoman

L’histoire débute en avril 1915 à Van au bord du lac du même nom. Pérégrinations et avatars, car la poupée va subir bien des vicissitudes et outrages…

Maïranouche signifie « mère douce » en arménien. C’est un prénom qui peut se scinder en deux : mère et douce… Mais nous voici déjà dans l’histoire.

L’album va paraître en arménien aux ÉDITIONS KYURKCHYAN à Erevan. La rafle des notables de Constantinople du 24 avril 1915 marque le début du génocide des Arméniens.

LE COFFRET NOIRCI – La petite cloche

Série limitée à 50 exemplaires numérotés à la main – 24 pages – Texte + 10 illustrations N&B – 13 € port gratuit pour l’UE

Elle était brune sur une moitié
et vert de gris sur l’autre,
les patines se mêlaient
sans qu’il soit possible
d’en déterminer précisément les contours.
L’attache solide était percée
d’un simple trou.
Ce n’était pas une sonnaille
constituée d’une plaque façonnée.
C’était une clochette en bronze
réalisée à la cire perdue

qui lui faisait une peau douce.
Elle était tronconique
et de section ovale,
Une clarine de veau ou de chèvre.
La petite cloche n’avait plus
de battant.
Il restait une amorce de crochet.

La clochette était rangée
au milieu de papiers cornés, pliés et jaunis.
Papiers militaires, photograph
ies,
cartes postales,
boutons de vareuse,
de chemise…

MAIRANOUCHE

Maquette de la couverture

Vous êtes déjà nombreux à demander quand l’album MAIRANOUCHE va paraître… Un petit effort de patience, le temps n’est pas encore venu, c’est pour bientôt !

MASSCRITICS aime l’ICEBERG ROUGE !

Un bel album qui interroge sur le pouvoir de l’imagination!

« Voici l’histoire de l’Iceberg rouge qui hanta les consciences et troubla bien des nuits de navigateurs… »

Dans des tons sombres, marrons, noir et gris, parfois traversé de rouges, les illustrations à l’encre nous transportent dans un monde marin, à la fois beau et inquiétant. De l’île d’Ameland, terre de chasseurs de baleines, aux mers du Nord et jusqu’aux terres des Inuits, c’est un sublime voyage que nous offre Jean Villemin.

En effet, à travers le journal de Martial Wlimens, parti sur l’île d’Ameland dans l’intention d’écrire la biographie d’un célèbre chasseur de baleine, c’est la légende de l’Iceberg rouge qui nous est contée. Par la même, l’auteur nous vante la beauté de la nature, une nature qu’il nous faut craindre mais surtout respecter.

En bref, L’Iceberg rouge est un bel album qui nous est présenté tel un conte. La légende s’y mêle à la réalité pour nous plonger dans un monde à la limite de l’onirisme. Un monde qui nous incite à nous questionner sur le pouvoir de l’imagination et sur ce que les croyances et légendes révèlent de l’espèce humaine et de sa relation à la nature.

A commander sur https://www.librairieduvoyageur.com/a/jean-villemin/l-iceberg-rouge

La petite mare

Chronique de Danielle Bertrand sur RICOCHET

Personnage principal de cet album, la petite mare est un lieu interdit aux enfants mais c’est pourtant là que les petits veulent aller, par désir de transgression mais aussi parce que, pour eux, c’est le lieu des pêches miraculeuses ou supposées telles.

L’essentiel du récit est consacré au regard accordé à la nature. Accueilli par un lièvre, dans un décor liquide de saules et de reflets, le lecteur peut tour à tour rêver en regardant la grenouille des contes, s’effrayer des silhouettes inquiétantes des arbres ou des gueules agressives de poissons (peut-être abyssaux ?)…. lire la suite

Les animaux amphibies, comme les tritons, vivaient au plus profond des ondes.
Des chants tantôt doux comme des souffles de l’haleine ou rauques comme les gémissements des bêtes de la forêt venaient flétrir les eaux.

Feuilletez un extrait sur MAZETO-SQUARE éditeur

https://www.mazeto-square.com/product-page/la-petite-mare

L’Iceberg Rouge aux éditions Magellan et Ciel m

« Voici l’histoire de l’Iceberg rouge qui hanta les consciences et troubla bien des nuits de navigateurs… »

En 1912, le TITANIC disparait dans l’Atlantique-Nord, la coque déchirée par un iceberg.

Le paquebot laisse une longue trace rouge sur l’iceberg…

Nous découvrons l’histoire de l’Iceberg Rouge dans le journal de Martial Wlimens, parti sur l’île d’Ameland, aux Pays-Bas pour enquêter sur la vie d’un célèbre chasseur de baleine du XVIIIe siècle. Son séjour solitaire, rythmé par son travail et ses balades en bord de mer, va être troublé par l’apparition d’un iceberg gigantesque échoué sur la plage.

Album relié carton. 72 pages illustrées. à commander chez MAGELLAN et Cie